Ecran 6 / Faux-semblants

Dès 22h15
Environ 35 min, projeté en boucle
Plan
Retour aux projections


© Fabiana De Barros, courtesy Musée de l'Elysée

Geraldo de Barros, la partition photographique

Une proposition de Daniel Girardin

Geraldo de Barros, jeune peintre brésilien de 23 ans, découvre la photographie en 1946. Il en comprend rapidement les grandes richesses formelles et expérimentales, qu’il met aussitôt en relation avec sa connaissance de l’art moderne et sa propre culture, en pratiquant notamment une photographie abstraite, parfois directement inspirée de partitions musicales, notamment celles de Stravinski.

→ Les oeuvres de Geraldo de Barros appartiennent aux collections du Musée de l’Elysée.

→ Retrouvez le livre de Geraldo de Barros Fotoformas-Sobras au stand de la librairie du musée à On print.


© Lukas Felzmann / Fotostiftung Schweiz

Swarm

De Lukas Felzmann
Carte blanche galerie TH13
Une proposition de Paul Cottin

Lukas Felzmann s’insinue dans l’univers poétique et mystérieux des nuées d’oiseaux en vol dans le ciel californien. Ces chorégraphies énigmatiques qui génèrent des abstractions sans cesse renouvelées, mouvements sans entrave dans un espace libre de toute contrainte, sont le reflet symbolique du rapport qu’entretient le peuple américain à la nature. En contrepoint de ce regard tourné vers l’azur, le photographe scrute, sur ces mêmes territoires, les traces qui subsistent dans les lieux désertés par les hommes.

Lukas Felzmann, photographe d’origine suisse, vit et travaille à San Francisco et enseigne à l’Université de Standford.

www.fondationdentreprisehermes.org


© Camila Rodrigo Graña

Mentiras Cordiales

De Camila Rodrigo Graña

En cette époque de simulacre et de substitution, nous avons tendance à objectiver la nature en construisant des versions imaginaires de la réalité, basées sur notre confort et nos croyances. Ces scénarios sont créés à notre image et selon nos envies, modelés selon nos désirs. Ces espaces nous invitent à faire partie de quelque chose, mais, selon notre manière d’interagir avec eux, la division et la duplicité apparaissent soudainement.

→ www.camilarodrigo.com

© Luciano Rigolini

Private/Used

De Luciano Rigolini avec la voix de Luca Ghérasim

L’artiste Luciano Rigolini présente une sélection d’images d’amateurs se mettant en scène pour vendre des vêtements intimes d’occasion, trouvées sur des sites de vente en ligne. Il s’agit d’un voyage documentaire et ludique à travers la représentation du corps telle qu’elle se pratique dans la photographie vernaculaire d’aujourd’hui.L’artiste propose à travers son regard une collection de photos qui esquissent une constellation de signes, gestes, attitudes formant un langage visuel qui flirte avec un érotisme self-made et un fétichisme ingénu.

→ A l'occasion de la Nuit des images, le Musée de l'Elysée et les Editions Patrick Frey publient le livre Private/Used de Luciano Rigolini, disponible au stand de la librairie du musée à On Print.


© Delphine Schacher, CEPV 2013

How to Look at the Beast

Une proposition de Virginie Otth
Carte blanche CEPV

How to Look at the Beast, tel est le titre de la séquence d’images présentée par la formation supérieure en photographie du Centre d’enseignement professionnel de Vevey ; une manière de marquer l’entrée dans une narration singulière, une étrange balade à travers 200 clichés collectés dans les archives numériques du Centre et les corpus de ses étudiants actuels pour tenter, par le regard, de déloger l’animal.

→ www.cepv.ch 


© Mustafa Sabbagh

Corpus Delicti

Une proposition de Marco Costantini

C’est un regard inédit sur un sujet classique, le corps, que partagent Olivier Lovey et Mustafa Sabbagh. Olivier Lovey réalise des portraits d’hommes aux attitudes et aux traits féminins ainsi que d’amateurs de piercings qui usent des aiguilles et autres bijoux comme éléments graphiques. Mustafa Sabbagh, photographe de mode, immortalise le corps avec une grande précision et sensualité, n’hésitant pas à utiliser toutes sortes d’accessoires afin de jouer de la confusion des genres.

→ www.mustafasabbagh.com
→ www.olivierlovey.ch


© Pierre Alferi

Cinépoème

De Pierre Alferi

Selon François Piron, critique d’art, ancien directeur des Laboratoires d’Aubervilliers : « Au croisement de diverses pratiques, les films de Pierre Alferi sont avant tout l’extension d’un travail d’écrivain, autour duquel ils développent un univers onirique fait de rémanences d’images, de murmures, de temporalités distendues ». Les Cinépoèmes sont des textes pour l’écran qui proposent des modes d’apparition et de lecture en lien étroit avec la musique.

→ www.alferi.fr
→ www.vimeo.com/alferi