Ecran 2 / Un air de famille

Certaines images sont succeptibles d'heurter certaines sensibilités.
Age légal 12 ans, âge sugéré 16 ans.
22h - 1h30
40 min, projeté en boucle
Plan
Retour aux projections


© Mathilde Helene Pettersen

I need a kiss before they leave, 2016

Mathilde Helene Pettersen

L’oeuvre de Mathilde Helene Pettersen intitulée I need a kiss before they leave peut être vue comme un portrait de famille sensible, qui exprime toute
l’anxiété et la sincérité de la maternité. Elle pourrait même traduire un geste volontairement féministe qui consiste à photographier, en tant que femme, ses propres enfants et à intégrer ces photographies dans sa propre pratique artistique.


© David Magnusson

Purity, 2010 – 2014

David Magnusson

Dans Purity, le photographe suédois David Magnusson montre des jeunes filles qui participent, avec leur père, à des « Purity Ball » aux Etats-Unis. Au cours de ces bals, les jeunes filles promettent de ne pas avoir de rapports sexuels avant leur mariage et leurs pères s’engagent à les soutenir dans ce choix.


© Suzanne Opton, 2013

Empty Gesture, 2013

Suzanne Opton

Empty Gesture porte un regard insolite sur des ouvriers d’usine en Inde qui risquent de perdre leur emploi en raison d’une modernisation des installations. Ceux-ci travaillent pour une fabrique de médicaments ayurvédiques à Kanjikode en Inde du sud. Des centaines de médicaments différents y sont fabriqués à partir d’une large gamme de plantes sauvages et cultivées, de morceaux de bois, d’écorce et de pierres.

 


© Caixa de Sapato, Cia de Foto, Sao Paulo, Brasil. Colección Jan Mulder, Lima, Perú.

Caixa de Sapato, 2008

Collectif Cia de Foto

Le collectif brésilien Cia de Foto (Rafael Jacinto, Pio Figueiroa, João Kehl et Carol Lopes) propose un film où l’on teste la cohabitation avec les membres de sa famille, la vie quotidienne ainsi que l’intimité et l’affection qui maintiennent les liens.


© Jürgen Nefzger

Das Wasser des Lebens
(The Water of Life, L’eau de la vie), 2014

Jürgen Nefzger

« J’ai commencé à enregistrer les choses le jour où ma mère est morte. Les natures mortes sont les derniers souvenirs de la maison où j’ai grandi et que j’ai quittée il y a très longtemps avant de déménager en France. Dans la maison, pas grand-chose n’a changé depuis lors, sauf que mes parents ne sont plus là. Tout au long de l’été qui suivit, j’ai vidé la maison, conservant ce que je pouvais, donnant ou jetant presque tout. De pièce en pièce, le film devient un portrait de ma mère et une réflexion sur le sentiment de perte matérialisé par la lumière, la poussière et le temps lui-même. »


© K.Pichler/C.Marschall/Edition Patrick Frey

Golden days before they end, 2012 – 2016

Klaus Pichler (photos), Clemens Marschall (textes)

Golden days before they end est comme un chant du cygne dédié à un certain type de bars à vin à Vienne en Autriche. Pour certains clients, ce sont les seuls endroits où trouver quelqu’un à qui parler. Une fois que vous faItes partie de cette famille, vous ne cessez plus de la fréquenter et buvez avec les autres – toute la journée, chaque jour… Une seule chose trahit les ravages du temps, c’est la mort de l’un des clients

Carte blanche: Edition Patrick Frey


Waiting 01 © Jason Larkin

Waiting 01 © Jason Larkin

POPCAP’ 16

Nicolas Henry, Jason Larkin, Sabelo Mlangeni, Thom Pierce, Julia Runge

POPCAP, le Prix international pour la photographie africaine contemporaine, est décerné chaque année à cinq artistes dont le travail a été réalisé dans un pays africain ou qui a pour sujet la diaspora africaine. Les artistes sélectionnés ont été choisis parmi 900 candidats venus de 94 pays, par un groupe de 20 jurés de différentes nationalités.

Carte blanche: POPCAP