La Nuit au Musée

Pendant que la Nuit des images bat son plein dans les jardins de l’Elysée, les expositions du musée accueillent elles aussi les visiteurs jusqu’à minuit en accès libre.


De 15h à minuit, entrée gratuite
Plan
→ Site internet du Musée


© Luc Chessex/Collection Musée de l’Elysée

Luc Chessex, CCCC
(Castro, Coca, Che, Cherchez la femme)

Luc Chessex vécut de 1961 à 1975 à Cuba. Membre de l’agence Prensa Latina, directeur artistique de la revue Cuba internacional, il a été un témoin engagé de la révolution. Le Musée de l’Elysée présente quatre séries de photographies de son séjour : Cherchez la femme, Castro, Che, Coca. L’exposition est réalisée à partir de nombreux tirages originaux, de publications, d’articles de presse et d’un livre inédit sur la femme cubaine. L’exposition est une coproduction du Musée de l’Elysée et de la Fondation A Stichting de Bruxelles.

→ L'exposition est accompagnée de deux livres publiés par les éditions du Musée de l'Elysée, Castro, Coca, Che et Cherchez la femme


© Matthieu Gafsou/Courtesy Galerie C

Matthieu Gafsou,
Only God Can Judge Me

Le Musée de l’Elysée produit et expose en avant-première la nouvelle série du photographe lausannois Matthieu Gafsou, Only God Can Judge Me. Son projet, traitant du milieu de la drogue à Lausanne, propose une autre approche de ce sujet d’actualité et banalisé, sous la forme d’une balade poétique et onirique. La série s’articule autour de portraits de toxicomanes, de vues détaillées de substances toxiques et de leurs usages, ponctués par des mises en scène de paysages nocturnes évoquant les paradis artificiels.

→ L’exposition est accompagnée d’un livre publié par Kehrer Verlag


© Anonyme/Collection Musée de l’Elysée

Anonymes ? Des avantages de l'auteur méconnu

Comme la plupart des musées, le Musée de l’Elysée possède dans ses collections un certain nombre d’œuvres cataloguées comme « anonymes ». Des photographies dont on ne connaît pas avec certitude - ou pas du tout – l’auteur. L’identité de cet auteur inconnu peut être parfois entr’aperçue par le biais du sujet, de la technique photographique ou du support. Le travail de recherche effectué par les documentalistes, les historiens et les conservateurs permet éventuellement d’éclaircir le mystère et de lier une photographie à un nom d’auteur. L’anonymat est ainsi fréquemment lié à la question de la photographie vernaculaire ou amateur, photographie peu prise en compte, jusqu’à récemment, par les institutions. Ce sont les artistes qui, les premiers, vont savoir reconnaître les charmes de la photographie vernaculaire et qui, à l’instar des Surréalistes, la mettront en lumière, la faisant basculer du côté de l’art.